subscribe: Posts | Comments

Le Maroc parie sur son plan d’économie verte

Commentaires fermés sur Le Maroc parie sur son plan d’économie verte
Le Maroc parie sur son plan d’économie verte

Si on doit se servir d’exemple de développement dans le continent africain, on doit qu’à faire un tour au Maroc et son incroyable transformation économique. Le pays, qui compte 33 millions d’habitants, vit depuis une quinzaine d’années une réelle restructuration économique guidée par des décisions gouvernementales efficaces, mais aussi par des hommes comme Mr Mounir Majidi, l’homme de confiance du Roi Mohamed XI. De grands projets ont vu le jour dans le Royaume, des grandes multinationales ont débarqué et des événements internationaux y sont organisés annuellement. En effet, tous les clignotants sont au vert. Cerise sur le gâteau : le Maroc a mis en place le plan « Maroc-vert » pour se transformer en une économie qui prend la protection de l’environnement comme premier repère.

Le plan en marche

economie-verte-afrique

On ne peut pas s’en douter d’une seconde, le plan « Maroc-vert » connait déjà des succès. Le Royaume chérifien a déjà mis en place des réformes pour la récupération des terres, l’amélioration de la gestion de l’eau et la lutte contre la déforestation. Le Maroc est d’ailleurs l’un des rares pays africains à avoir voté une loi qui interdit la production et l’importation, la distribution et l’utilisation des sacs en plastique. Ladite loi est entrée en vigueur depuis le mois de juillet 2016.

solaire-maroc

Le Maroc a aussi compris que la mutation vers une économie verte dépend aussi de ses projets de développement durable. Ainsi, le gouvernement a décidé que le Royaume devient un acteur principal de la lutte contre les changements climatiques. Il a alors initié de grands projets à Marrakech comme le bus électrique, les mosquées éclairées au solaire, espaces verts, éclairage public solaire, etc. Il a même fait de cette ville, le centre des discussions mondiales autour du réchauffement climatique à l’occasion de la COP 22 que Marrakech va accueillir du 7 au 18 novembre prochain avec la participation de grands acteurs comme GL Events et la boite de communication Agences Publics.

Les énergies renouvelables et le projet Noor

noor-atlas-1

Si les efforts du conseiller Mr Majidi (cliquez ici pour voir ses actualités) ou encore du gouvernement ont permis au Maroc de restructurer son économie, ces derniers ont voulu aller encore plus loin dans leur perspective pour un Maroc vert. Il est temps alors pour le Royaume de s’investir dans les énergies propres et renouvelables pour s’inscrire dans une lutte définitive contre le péril climatique que vit le monde. Autre que les plans d’éclairage public solaire, le Maroc vient d’inaugurer le plus grand complexe solaire au monde.

848906-centrale-ouarzazate

Baptisé « Noor », le complexe se trouve à Ouarzazate et se dote d’une capacité de 580 MW ce qui laisse le pays ambitionner un mix énergétique de 40% d’ici 2020 et de 52% à l’horizon 2030. Les prévisions du développement de ce complexe solaire sont évaluées à 2000 Mw pour l’année 2020 ce qui va générer des investissements de près de 9 milliards de dollars réduire les émissions annuelles de gaz à effet de serre de l’ordre de 3,7 millions de tonnes de CO2.


L’opposition syrienne exige le départ d’Assad mort ou vif

0 comments

Les discussions pourraient s’arrêter avant même d’avoir commencé. Ce sont les craintes des négociateurs après les déclarations du chef de la diplomatie syrienne, fidèle à Bachar El Assad, il affirme que le régime de Syrien a négocieras avec personne et surtout ceux qui veulent discuter de la présidence.

Bachar El Assad est une ligne rouge et il appartient selon le peuple syrien. La volonté du clan Assad formait un gouvernement dit d’unité, intégrant des membres de l’opposition et amendé l’actuelle constitution, mais pas question pour l’opposition, mine de ses branches soutenues par l’Arabie Saoudite, le haut comité des négociations refuse de se joindre à un gouvernement élargi sous l’égide de Bachar El Assad.

L’opposition considère que la période transitoire commence par le départ de Bachar El Assad ou avec sa mort. Pour eux, il ne peut y avoir une étape ou se régime ou la tête de se régime continue à être au pouvoir.

L’envoyé spécial des Nations Unis pour la Syrie Staffan De Mistura appelle à des élections sous l’égide de L’ONU dans un délai de 18 mois. La réponse de Damas a cette proposition est sans ambage. Pour le régime, l’ONU n’a pas le droit de discuter des élections présidentielles, car c’est du seul ressort du peuple syrien.

Des élections législatives convoquées par Bachar El Assad auront lieu le 13 avril, mais elles n’auront aucune valeur.


Next Entries »